Guus Janssen piano solo

Jean Buzelin, in le jazzophone, Jazz-Hot nr 375, september 1980

'... Tout est neuf dans la musique de Guus Janssen: pas de pseudo/néo/romantisme décadent, pas de long développements horizontaux mais une discours constamment surprenant et inattendu.

Les pièces sont courtes, concises, le langage serré, riche, sa formidable technique lui permet de passer des 'clusters' aux notes répétitives en accords sans négliger le contrepoint. Une musique foisonnante qui se coupe parfois de courts silences.

De subtils détournements ' d'harmonies standards' voisinent avec des superpositions rythmiques, tantôt apparaÓt une ligne Bop, tantôt une forme concertante, tantôt une tempo régulier, une touche de ragtime ou de stride mais jamais de citations évidentes. Líécriture est lisible, le langage clairt, parfaitement assimilable.

Des parentés? Difficile, sans doute Monk et Tristano, Cecil Taylor (sans l'énergie noire mais dans son côté le plus contemporain) et pourquoi pas, Martial Solal, qui aimerait sans doute cette musique... Un pianiste exceptionnel!...'